Ethics & Boards in the media

L’opérateur boursier américain veut bousculer les conseils d’administration. Le Nasdaq va demander aux entreprises cotées sur sa plateforme de dévoiler la composition de leur instance dirigeante en fonction de l’origine ethnique, du genre et de l’orientation sexuelle. Il veut à terme que les entreprises accordent aux moins deux sièges, l’un à une femme l’autre à une personne issue d’une minorité ethnique ou de la communauté LGBTQ.
En matière de responsabilité sociétale des entreprises (RSE), les sociétés de l’indice SBF 120 devancent largement l’Allemagne, le Royaume-Uni et les Etats-Unis.
La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) atteint de plus en plus les Conseils d'administration du SBF 120. Dans une nouvelle étude, l’Institut français des administrateurs dessine la forte croissance des comités dédiés à la RSE dans les conseils, l'indexation sur des objectifs climatiques des variables des PDG ou encore la féminisation des CA. Pour l'IFA, c'est le signe d'un tournant vers une gouvernance durable.
Place des administrateurs salariés, création de comités RSE, rémunération des patrons intégrant la RSE, féminisation des conseils… sont autant de signaux d’une RSE s'inscrivant "durablement dans les enjeux, la composition et le fonctionnement des conseils d’administration du SBF 120" selon l’IFA (Institut français des administrateurs et administratrices engagés) et Ethics & Boards. Les deux organisations ont publié leur baromètre annuel sur la composition des conseils d’administration des 120 plus grandes sociétés cotées en France mercredi 7 juillet 2021.
Les grandes entreprises françaises ont amélioré cette année leurs engagements en matière de responsabilité sociale des entreprises (RSE). Elles ont aussi accueilli plus de femmes et de salariés dans les conseils d'administration.
Conséquence de la loi Pacte, les entreprises du SBF 120 continuent aussi leur conversion au concept de RSE.
Le nouveau baromètre de la gouvernance des entreprises IFA-Ethics & Boards, présenté ce mercredi 7 juillet, met aussi en lumière l’avancée de la représentation des salariés dans les conseils d’administration.
In a Vogue Business exclusive, Kalpana Bagamane, who joined Kering in 2019 as its first chief diversity, inclusion and talent officer, explains how the luxury group is creating a diverse, equitable and inclusive workplace.
Pour la 6e édition de son Top, Glassdoor a mis en avant les dirigeants les mieux notés par leurs équipes. Un Top fortement influencé par leur capacité d’adaptation durant la pandémie.
L'écrasante majorité des patrons des start-up du French Tech 120 sont des hommes. La société civile se mobilise, mais les progrès restent lents. Seulement 21 % des jeunes pousses fondée en 2020 ont une équipe fondatrice totalement féminisée ou mixte.
Pourtant orientés à la baisse en 2020, les salaires des dirigeants du SBF 120 ont connu de faibles taux d’approbation des actionnaires lors des assemblées. Des votes-sanctions qui ne concernent pas tout le monde.
Though the average age of board members at fashion and luxury companies hovers around 60, that's slowly changing.
Une proposition de loi met sur les rails de nouveaux quotas de femmes dans les instances dirigeantes. Entrée en vigueur espérée avant la fin de l’année.
Les rémunérations ahurissantes des dirigeants de grands groupes cotées ne passent plus. Aussi bien aux États-Unis qu’en Europe, les votes contre les rémunérations se sont enchaînés comme jamais lors des premières assemblées générales qui se sont tenues en 2021. En pleine crise sanitaire, quand ces entreprises doivent réduire la voilure et n’atteignent pas leurs objectifs, les actionnaires refusent les augmentations de bonus aux PDG et gardent l’œil sur les écarts salariaux.
La rémunération moyenne des dirigeants du CAC 40 a plongé de 16% en 2020. L’année a été exceptionnelle à bien des égards. Découvrez le classement exclusif «Le Revenu-Ethics and Boards» des salaires des dirigeants du CAC 40 en 2020.
L’Assemblée nationale examine une proposition de loi à partir du mardi 11 mai sur les quotas de femmes dans les instances dirigeantes des grandes entreprises, qui passeraient à 40% d’ici à 2030.
France’s lower house has voted in favour of a bill that would require companies with more than 1,000 employees to ensure women hold 40 percent of top management posts by 2030.
La proposition de loi pour imposer, d'ici à 2030, 40 % de femmes dans les instances dirigeantes des grandes entreprises est examinée dans l'hémicycle à l'Assemblée ce mardi. La France, très en avance en termes de féminisation des conseils d'administration, veut aussi être à la pointe pour les postes de direction.
Le nouvel ouvrage corédigé par Floriane de Saint Pierre
Your Internet Explorer version is outdated. Upgrade it, or download Google Chrome for a better experience.